IT et Software Asset Management 2021 : priorité aux économies

ITAM et SAM

Le rapport State of ITAM 2021 publié par Flexera en octobre dernier permet de dresser un état des lieux sur l’IT Asset Management (ITAM) et le Software Asset Management (SAM) au sein des entreprises de plus de 1 000 salariés*. Synthèse des principaux enseignements de cette étude.

Un constat s’impose : en 2021, l’ITAM doit évoluer et aller au-delà de la conformité. Les entreprises doivent s’assurer que la gestion de leurs actifs IT est alignée sur les initiatives informatiques stratégiques. Une nécessité d’autant plus critique dans le contexte économique actuel, incertain du fait de la crise sanitaire et alors que les environnements IT tendent à être de plus en plus hybrides et complexes.

 

Faire des économies : priorité n°1 des entreprises

Face à la crise du Covid-19, certains cabinets comme Gartner estiment à – 8 % la baisse des budgets IT en 2021 [1]. Ainsi, 4 des 5 principales initiatives SAM 2021 sont ainsi axées sur les économies. En effet, pour 69 % des personnes interrogées, la priorité de leur entreprise en 2021 consiste à optimiser et à réduire les dépenses logicielles.

Un objectif économique qui, dans plus de la moitié (52 %) des entreprises, sera accentué en 2021 du fait de la crise liée à la Covid-19. Et 51 % des responsables IT interrogés déclarent que leur principal axe pour réaliser des économies portera sur l’optimisation des licences logicielles afin d’éviter les coûts à venir.

Enfin, près des trois quarts (74 %) des équipes de gestion des actifs logiciels prévoient de se concentrer davantage sur les dépenses liées au cloud public au cours des trois prochaines années, 70 % d’entre elles citant le SaaS en premier lieu.

 

Les audits de conformité logicielle qui coûtent cher

Pourquoi une telle attention vis-à-vis des actifs logiciels ? Parce que non seulement la quasi-totalité des entreprises consacrent 25 % de leurs dépenses logicielles en coûts cachés [2]. Mais parce que les éditeurs effectuent de plus en plus d’audits logiciels en entreprise afin de vérifier la conformité des licences. En la matière, Microsoft est le plus « agressif » : près de la moitié des entreprises (49 %) ont ainsi fait l’objet d’un contrôle au cours des trois dernières années.

Une conformité dont le coût peut s’avérer conséquent : un tiers des entreprises ont ainsi payé plus de 500 000 dollars l’année dernière en raison d’audits de logiciels, 10 % d’entre elles ayant payé plus de 5 millions de dollars. Parmi les raisons : peu d’équipes SAM suivent les logiciels dans le cloud (46 %), SaaS (35 %) ou dans les conteneurs (34 %).

* Flexera 2021 State of ITAM Report – Méthodologie : rapport effectué auprès de 461 professionnels dans le monde, qui gèrent et participent aux processus ITAM et SAM dans des organisations moyennes et grandes d’au moins 1 000 employés.



[1] Selon les estimations du Gartner, mai 2020 – https://www.gartner.com/en/newsroom/press-releases/2020-05-13-gartner-says-global-it-spending-to-decline-8-percent-in-2020-due-to-impact-of-covid19

[2] Selon un rapport de Flexera Software, novembre 2016 – https://www.decideo.fr/Le-cout-invisible-des-logiciels-d-entreprise_a8906.html

Sur les mêmes sujets…