Mars 2018 -  Gilles GOULAY

APRES LE SAM, DECOUVREZ LE SOFTWARE ASSET REMARKETING (SAR)


Optimiser les logiciels, une priorité pour l’entreprise

La transformation numérique impose à la DSI de prioriser l’allocation des moyens de l’entreprise pour innover, en maximisant la création de valeur et en optimisant la gestion des risques.

Sur ces deux points, il est une catégorie d’actifs – longtemps négligée dans les grandes entreprises – particulièrement intéressante à optimiser : les logiciel.

La quantité de logiciels, que les entreprises utilisent, ne cesse d’augmenter. Ils représentent aujourd’hui entre 30 et 40% du budget IT. Si les entreprises privilégient encore largement les licences perpétuelles (près de 90% des logiciels commercialisés), leurs gestions posent un certain nombre de défis à la DSI.

Jusqu’à présent, une entreprise, ayant dûment acquis des licences logicielles perpétuelles auprès d’un éditeur, mais n’en ayant plus l’usage, n’avait contractuellement pas le droit de les revendre. 

Cette contrainte, spécifique aux actifs logiciels, a donné lieu à d’importantes pertes pour les entreprises.


Une révolution pour le Software Asset Management

Dans un arrêt de la CJUE du 3 juillet 2012 (c. C-128/11), l’Union Européenne a radicalement modifié cette situation, en légalisant la revente de licences d’occasion.

Les entreprises disposent désormais d’une nouvelle arme dans leur lutte pour la réduction des coûts logiciels : Le Software Asset Remarketing.

Le remarketing de licences logicielles consiste à mettre à profit cette évolution récente du droit européen pour revaloriser ces actifs coûteux en leur donnant une seconde vie. Que ce soit en les réutilisant à l’intérieur de l’entreprise ou en les revendant sur le marché secondaire, les entreprises et administrations européennes ont désormais la possibilité de mettre en place une gestion patrimoniale de leurs actifs logiciels.



A propos de l'auteur



Gilles GOULAY

Est le COO de Softcorner. Gilles a obtenu un Master en Informatique à l'Université Pierre et Marie Curie - Paris 6. Il a débuté sa carrière dans le département R & D de Philips Data Systems. Il a ensuite travaillé successivement pour trois grands éditeurs de logiciels: Datapoint, Filenet et EMC², où il est passé progressivement de conseiller avant-vente à des postes de gestion des ventes internationales.

Cette carrière lui a permis d'acquérir une vaste expérience de la gestion des ventes, notamment des ventes directes auprès de grands comptes et de la gestion de chaînes internationales, ainsi qu'une bonne connaissance des pratiques des fournisseurs de logiciels. En 2013, observant la maturité du marché des logiciels, il a décidé de tirer parti de ses antécédents et a rejoint Softcorner en tant qu'associé.