Le tiers de confiance, garant de la conformité logicielle

Tiers de confiance

Ecrit par Habibou M'Baye

Avant de fonder Softcorner en 2014, il débute sa carrière en tant que responsable Lean Manufacturing dans l'industrie automobile. Il est ensuite Directeur de comptes chez le leader européen du BPO, en charge du développement commercial et des stratégies d'approche du marché pour un portefeuille de clients B2B.

mars 18, 2021

Entre 49 % et 80 % du coût d’achat initial du parc logiciel. Voilà l’estimation du coût total de la non-conformité [1]. Un risque auquel 75 % des entreprises seraient confrontées ! D’où l’importance de s’équiper de licences d’occasion auprès d’un tiers de confiance. Objectif : garantir la bonne conformité des licences via une vérification poussée.

Le contexte économique actuel pousse les entreprises à revoir leurs budgets IT à la baisse et à faire des économies, y compris sur leurs licences. Le groupe SI-LogisM estime ainsi à 37 % le taux de piratage en France. En conséquence, le marché logiciel est sous tension et les éditeurs à l’affût, multipliant les audits.

Outre la pénalité financière en cas de non-conformité, le coût lié à la mobilisation des effectifs en interne peut lui aussi rapidement croître. En moyenne, un audit mené par un éditeur majeur (Microsoft, Oracle, IBM, VMware, SAP…) peut impliquer une dizaine de collaborateurs pendant 15 à 30 jours.

De la confiance à la conformité

La conformité des licences logicielles rime donc avec sécurité pour l’entreprise… sans pour autant négliger la qualité. C’est pourquoi, lorsqu’une entreprise recourt à l’achat de licences d’occasion, elle doit avoir l’assurance de bien disposer des droits d’utilisation. C’est pourquoi, en tant que véritable tiers de confiance, la plateforme doit avoir mené les vérifications nécessaires en amont de la transaction et exiger du vendeur qu’il fournisse la documentation originale avec le produit.

Parmi les garanties à apporter à l’acheteur :

* La légitimité et la licéité de l’acquisition initiale des licences.
* L’exhaustivité et l’exactitude des documents caractérisant la licence.
* La conformité des licences cédées aux documents communiqués, notamment en ce qui concerne l’étendue et les modalités du droit d’utilisation des logiciels.
* La conservation en original des documents caractérisant la licence.

La liste n’est pas exhaustive mais le rôle du tiers de confiance est de vérifier le respect de cette procédure avant de procéder à la transaction. Pour l’entreprise, c’est la garantie d’acheter des licences en toute conformité et légitimité.


[1] Selon une étude du Groupe SI-LogisM, janvier 2018 – https://www.groupesilogism.fr/2018/01/09/conformite-logicielle-leviers-maitriser-risques/

Vous aimeriez peut être…